Mes 7 conseils pour réussir son allaitement

Réussir son allaitement on le souhaite toutes. L’allaitement a beau être un acte naturel, ce n’est pourtant pas si évident que ça dans la pratique. Entre doute et douleurs, les débuts ne sont pas toujours faciles, et j’en ai fait l’expérience. Bien sûr, chaque couple mère/bébé est unique. Mais voici quelques conseils simples à avoir en tête quand on se lance dans cette belle aventure :

L’envie / La motivation

Je pense que pour réussir son allaitement maternel, il faut déjà avoir une réelle envie de le faire. Pas parce que c’est la mode, pas parce que vos copines ne jurent que par ça, pas parce qu’on nous rabâche à longueur de journée que c’est ce qu’il y a de mieux pour l’enfant et qu’on serait une mauvaise mère de ne pas le faire. Les bébés nourris au biberon se portent aussi très bien…d’ailleurs nous sommes une génération de bébé biberons et on se porte pas si mal que ça, hein!

Il y a pleins de bonnes raisons que peuvent nous motiver à allaiter au sein comme le lien mère/enfant, les bienfaits protecteurs du lait maternel, la meilleure tolérance au lait, la gratuité, la facilité, la perte de poids plus rapide pour la maman etc. Mais il faut aussi penser aux désagréments : disponibilité totale pour le bébé, les débuts difficiles, la fatigue, la pudeur etc.

Bref, pour réussir son allaitement, il faut garder en tête la ou les raisons qui nous ont poussé à le faire, quelle qu’elles soient, pour pouvoir y puiser sa motivation les jours les plus difficiles. Parce que oui, il peut y avoir des jours difficiles avec des douleurs, des doutes, des remises en question, de la fatigue…et il faut mieux le savoir pour mieux les appréhender.

Une bonne position 

La position du bébé par rapport à la mère est l’une des clefs d’un allaitement sans problème. On a beau le savoir, l’avoir lu un peu partout quand on se retrouve avec son bébé dans les bras ce n’est plus si évident que ça.

La tête du bébé doit être bien positionnée face au téton, les épaules et son corps dans le prolongement de sa tête. S’il est trop haut, trop bas, trop à droite, trop à gauche, de travers, il va tirer sur le sein et provoquer les fameuses crevasses si douloureuses! A la moindre sensation de tiraillement, ajustez la position du bébé! Il faut aussi laisser au bébé la liberté de bouger sa tête, il ne faut pas le bloquer sur le sein, il doit pouvoir lâcher et reprendre le sein tout seul.

Une fois bien placé, il faut aussi qu’il prenne bien le sein, la bouche grande ouverte en prenant un maximum de l’aréole, la langue sous le téton et les lèvres retroussées. Si le bébé « tétouille » seulement le bout du téton, c’est la douleur assurée. (voir une vidéo sur les positions d’allaitement)

Quant à la position choisie pour allaiter, je vous conseille de les essayer et de trouver celle ou celles qui vous conviennent (des infos sur le site de La Leche League). Si il n’y en a qu’une où vous êtes à l’aise ce n’est pas grave. Mieux vaut être à l’aise et détendu pour donner le sein dans une position qui convienne aussi bien à vous qu’à bébé!

 

Illustration Môman imparfaite

Le coussin d’allaitement

Le coussin d’allaitement est bien utile pour bien se positionner en soulageant son dos, ses épaules et ses cervicales, surtout pour les positions « madone » (tête dans le creux du bras) ou en ballon de rugby. Ne pas positionner le coussin comme on le voit sur beaucoup de photos face à vous, mais glisser un côté dans votre dos, de manière à avoir le centre du coussin sous votre coude et l’autre côté qui maintient le dos de bébé. Après à chacune de trouver le positionnement du coussin qui lui convient le mieux.

Un sein par tétée

La règle de base est de donner un seul sein par tétée. Pour deux raisons. La première est que la composition du lait évolue en cours de tétée (d’abord très liquide et sucré, puis plus riche en protéine et enfin plus épais et plus riche en lipide). Si on change de sein pour une même tétée, le bébé risque de ne pas avoir sa dose de lait riche en gras, plus rassasiant, et d’avoir trop de lait sucré, réputé pour aggraver les coliques du nourisson.

La deuxième raison est de favoriser la lactation dans les deux seins de manière identique. Même si rien n’empêche d’allaiter uniquement avec un sein (je connais une maman à qui cela est arrivé), c’est quand-même plus confortable (et plus esthétique)

Le conseil de ma sage-femme qui fonctionne très bien:

Commencer par donner un sein. Quand le bébé semble avoir terminé, le prendre contre soi et attendre le rot. Si le bébé s’agite et semble avoir encore faim, lui redonner le même sein puis refaire une pause contre soi. Normalement, ça suffit..et pour l’avoir fait ça avec MicroMiss, je confirme. Pour la tétée suivante, donner l’autre sein.

Mais comme toutes les règles, il y a des exceptions ! Si on sent que le bébé a encore faim, s’énerve en tétant, ou bien s’endort le sein en bouche pour se réveiller en sursautant et en voulant encore téter … on peut quand-même lui proposer le deuxième sein. S’il téte avidement, c’est qu’il avait encore faim. S’il continue à s’énerver, il faut chercher ailleurs (rot, couches sales, coliques etc.)

A la demande

C’est peut-être ce qu’il y a de plus difficile à faire! Il faut déjà savoir reconnaître les premiers signes de la faim (tétouille sa langue, cherche à téter ses mains, s’agite un peu etc.) et surtout ne pas avoir les yeux rivés sur l’heure. On a la fâcheuse tendance à se dire que le bébé doit téter environ toutes les 3h et pendant une dizaine de minutes. Quand le bébé réclame seulement une heure après une tétée, on ne pense pas tout de suite qu’il a encore faim. Donc, mon conseil est d’oublier un peu les horaires, et se fier uniquement à son bébé. Au pire, que peut-il arriver si on le met au sein et qu’il n’a pas faim? Il ne mangera pas, et c’est tout ! Ça parait simple mais on est tellement conditionné inconsciemment à vouloir espacer les tétées, qu’en pratique, on ne réagit pas toujours bien !

Du soutien

Autre point qui me semble essentiel : avoir le soutien de son conjoint. Il doit être d’accord pour que vous allaitiez (ce qui veut dire implicitement que durant les premiers mois il ne pourra pas nourrir son enfant), vous soutenir lors des moments de doute et surtout vous aidez…ce n’est pas parce que vous allaitez que c’est vous qui devez tout faire (aller chercher le bébé, le coucher, le changer etc.).

Vous pouvez aussi chercher du soutien auprès de femmes qui ont réussi leur allaitement (soeur, copine, mère etc.) et qui seront vous redonner confiance en vous.

Bannir (temporairement) toutes les personnes qui remettent en cause vos compétences, la qualité/quantité de votre lait et qui vous donne de faux « bons conseils ».

S’écouter

Dernier conseil, mais le plus important. Il faut s’écouter et savoir écouter son bébé. Même s’il est rassurant d’avoir un « mode d’emploi » sur lequel s’appuyer, rien ne vaut l’instinct maternel, le ressentie et l’expérience qu’on acquiert jour après jour.

           Détendez-vous, Ecoutez-vous et Profitez-en !

Tagged: ,

Comments: 6

  1. working-mum 11 avril 2014 at 5 h 45 min Reply

    bon résumé!

  2. Super Choupi 11 avril 2014 at 4 h 37 min Reply

    Bonjour,

    Je suis en plein dedans, ma fille a 5 mois. Excellents conseils ! J’ajouterai juste une chose : parfois ma fille préfère téter un sein plutôt que l’autre, du coup ce n’est pas rare que je lui propose les 2 pendant une même tétée. L’important c’est d’équilibrer je pense. Si on termine une tétée en ayant donné sein gauche puis sein droit alors la prochaine tétée doit commencer avec le sein droit (celui qui a été le moins stimulė).

  3. […] de passer par des périodes plus ou moins douloureuses. Je me suis créée ma propre liste de conseils pour réussir mon allaitement et ça a fonctionné […]

  4. […] en profiter parce qu’après l’accouchement voir un peu plus tard si allaitement, tous les cheveux qui n’étaient pas tombés, vont venir s’échouer pendant de longues […]

  5. Marie 15 avril 2015 at 14 h 57 min Reply

    Supers conseils! Par contre moi je lui donne toujours les 2 seins, un ne lui suffit pas, c’est une gourmande. J’ajouterai un conseil : se faire confiance! Et ne pas trop écouter les mauvais conseils (tu lui donnes souvent le sein non? tu es sûre que tu as assez de lait? tu devrais donner un bib en plus pour la caler pour la nuit etc…)

    • testinaute 15 avril 2015 at 15 h 06 min Reply

      Oui comme je le disais il y a des exceptions à cette règle ;-).
      Tu as raison il faut se faire confiance (ou s’écouter), les remarques que l’on entend même si on pense qu’elles ne nous atteignent pas, restent toujours un peu là, en suspens dans notre tête.. »et si j’avais tord? »…et c’est vrai aussi pour le reste « il ne devrait plus faire de sieste à son âge!.. » « il dort trop..ne mange pas assez..devrait se tenir assis etc. »…bref, on se sent toujours juger…et avec l’allaitement c’est pire parce qu’on est seule responsable!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :