Vie de famille sur la banquise

Pas d’inquiétude, la famille Testinaute n’a pas décidé d’aller vivre sur la Banquise. Nous sommes un peu trop attachés  à la douceur du climat provençal, à la clarté de son ciel bleu, au soleil omniprésent. Et puis je le confesse volontiers, nous ne sommes pas des aventuriers. Sauf si on considère aventureux de prendre le TGV sans avoir prévu de couches de rechange un jour de grand départ en vacances ou bien de faire une randonnée sans bonbon pour faire oublier que les montées « c’est trop dur !! ».

Oui, vraiment pas des aventuriers dans l’âme ! Alors quand je lis le récit d’Éric et France, une couple vivant depuis plusieurs années à bord de Vagabond, un voilier polaire, avec leurs 2 filles, je suis admirative.

Une famille sur la banquise

Vagabond, une famille sur la banquise

Éric et France voyagent, naviguent et hivernent dans le grand Nord (au Svalbard pendant 5 ans puis au Nord Canada près d’un village Inuit), là où la nuit polaire dure 4 mois, là où les températures sont glaciales (-35°C est une température normale), là où seules la neige et la glace peuplent le paysage. Ils participent à des programmes scientifiques comme l’étude de la banquise et de son influence sur le climat mondial ou encore des études sur le phoque et le morse barbu, le plancton etc. Ils accueillent à bord de leur bateau scientifiques, cinéastes, écrivains…mais à côté de tout ça ils sont aussi devenus parents et élèvent sur leur petit voilier, là-haut dans le froid et la glace, leurs 2 filles Léonie et Aurore.

J’avais vu un reportage sur cette famille il y a quelques années dans l’émission Thalassa. Je me souviens très bien de ce bébé tout emmitouflé qui dormait paisiblement alors que la glace de condensation gagnait l’intérieur des vitres du bateau. Et dire qu’on se prend la tête pour savoir si les filles ont trop chaud ou trop froid dans le confort de notre douillette maison ! Alors que là-bas une main sortie du duvet pendant la nuit suffit à mettre en danger l’enfant !

Ces petites filles grandissent au milieu de la glace, avec pour terrain de jeu la banquise, aussi belle que dangereuse (les ours blancs, le froid, le soleil, la banquise qui se fracture, les tempêtes de neige etc.). Ce quotidien, quasi inconcevable pour moi, semble pourtant totalement naturel pour cette famille.

Comme tous parents, Éric et France se posent des questions sur la sécurité, l’éducation, l’avenir scolaire et le bien-être de leurs enfants, pourtant, même en vivant sur ces « terres » hostiles, ils semblent beaucoup moins soucieux que nous, qui vivons dans le confort de la vie en France. La vie semble plus simple, plus harmonieuse, moins conflictuelle.

J’ai beau essayé de nous imaginer à leur place, en famille sur la banquise, je n’y arrive pas. Vivre en huis clos, à la merci des éléments, avec tant de dangers, si loin de tout et de tous, avec 4 mois de nuit polaire, frontale vissée sur la tête en permanence, avec peu de confort et pas de superflue. Et pourtant, je les envie. Ils mènent la vie de leur rêve, une vie riche de rencontres, de projets, de surprises. Une vie de famille simple et authentique. Une vie de partage et de solidarité. Une vie au service de la science.

Vagabond une famille sur la banquise

Léonie et Aurore grandissent (8 et 6 ans aujourd’hui), elles auront vécu une enfance hors du commun, mais devront bien un jour retourner étudier et vivre leur propre vie. Comment retourner dans un quotidien banal quand on a vécu une aventure extraordinaire pendant de si longues années? J’imagine que les enfants s’adaptent à toutes les situations, et trouveront surement beaucoup d’avantages à vivre comme les autres petites filles de leur âge. Mais je me demande si adultes, elles retourneront dans ces grands espaces gelées où elles ont grandi. Je me demande si, à leur tour, elles voyageront comme leurs parents…

 

Pour en savoir plus sur cette famille et le voilier Vagabond :

  • Le livre : Vagabond : une famille, la banquise et des rêves, Éric Brossier, France de Pinczon de Sel, éditions Le Passeur.
  • Une vidéo :

 

Livre reçu en Service presse

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :